Interview de Claudio Colucci pour Rexel

Claudio Colucci, designer et architecte d’intérieur Austro-Italien, s’est entretenu avec Energie 3.0 à propos de son design de l’Arbre à Vent, une invention de production d’énergie durable qui imite la forme naturelle des arbres, fabriquée par la start-up française NewWind.

Comment votre parcours vous a-t-il amené à vous intéresser au développement durable ?

Aujourd’hui le métier de designer est en train d’évoluer. Souvent j’incite le client à se poser les bonnes questions, sans partir tout de suite dans le dessin. En amont du dessin, il faut de plus en plus se demander : quelle sera l’utilité du produit, son cycle de vie ? Comment imaginer d’autres scénarii ? Est-ce vraiment une voiture qu’il faut dessiner ou des places de parking pour du co-sharing ? On l’a vu avec Uber, qui a créé un nouveau service de transport intelligent. Le designer produit est invité aujourd’hui à participer à des brainstorming dans lequel on va scénariser. Nous sommes passés de l’ère du dur à l’ère du soft.

Quelle est l’histoire de l’Arbre à Vent® ?

L’exemple de l’Arbre à Vent est une idée complètement poétique, que Jérôme Michaud-Larivière, son inventeur, a voulu retranscrire dans un milieu industriel. Dirigeant la start-up NewWind, il s’est entouré d’ingénieurs pour répondre à des besoins techniques. Et très vite, il a fait appel à un designer, pour en faire un objet esthétique, ergonomique et lui donner une forme. Entre l’idée de voir un arbre dont les feuilles frissonnent au vent et la réalisation industrielle, il y a un vrai fossé.

Un projet comme celui-ci allie prouesse esthétique et ingénierie. Il faut donc arriver à faire communier les deux dans un seul objet qui ait une présence sympathique, contrairement aux hélices éoliennes que l’on connait aujourd’hui, avec ces grandes pales. Nous voulions un projet amical, proche du client. Il fallait de plus donner un capital sympathie à cette éolienne de proximité.

Comment fonctionne-t-il ?

Avant d’arriver au geste juste il m’a fallu faire une centaine de dessins. C’est un objet industriel avec des contraintes extrêmes pour lequel on peut imaginer des développements infinis. Vu sa taille de 12m et la richesse du contenu, il sera possible de personnaliser dans un deuxième temps le tronc avec des couleurs différentes, des finitions intelligentes, des peintures qui vont participer à un développement durable.

En plus, l’arbre a des racines, qui pourraient produire de la géothermie. On a en plus beaucoup de surface en tubulaire, qui pourrait être utilisée en partie comme filtre pour devenir un dépolluant dans l’atmosphère ou encore comme complément de production photovoltaïque en utilisant un principe d’écorce à base de cellules de Grätzel, beaucoup plus écologique que le silicium puisqu’il s’agit d’un pigment naturel.

Planté en milieu urbain, on aurait un arbre assez complet dans ses réponses techniques et écologiques.  Au-delà de sa fonction primaire, qui est de créer de l’énergie, que va-t-on en faire ? Un lieu de réunion, un lieu de recharge de batteries, un point de rencontre ou d’information ?

Quelle est la quantité d’énergie produite ?

L’énergie équivaut en moyenne aux besoins d’une maison familiale de 4 personnes sans le chauffage. Avec plus de feuilles, on peut augmenter la production. Mais idéalement, nous souhaitons orienter les clients vers une solution mixte éolien/ géothermie.

Aujourd’hui, deux prototypes de  l’Arbre à Vent® sont installés, l’un au bord de mer en Charentes Maritimes, l’autre à la Cité des Télécoms (Fondation Orange) en Bretagne. Le troisième prototype, presque premier de série, va être présenté sur la place de la Concorde à Paris pendant deux mois en 2015. Il y aura une estrade et une borne explicative sur la production d’énergie de l’arbre en temps réel.  Cela correspond au moment où commenceront les ventes.

Quelles est le type de clients que vous visez ?

Au début, NewWind pensait que la cible serait majoritairement une clientèle de particuliers, mais ce sont plutôt les collectivités ou les régies immobilières qui sont demandeurs. Mairies ou entreprises de BTP font preuve de beaucoup d’intérêt, à l’échelle internationale.

On voit bien qu’à travers des scénarios de vie, on arrive à créer des nouveaux produits avec cet arbre et ses composants. Ce sont d’ailleurs parfois les clients qui arrivent avec des idées originales. Un propriétaire de golf souhaiterait placer des arbres pour approvisionner en énergie ses points d’eau d’arrosage automatique. L’autre point fondamental, c’est que l’arbre est totalement silencieux.

Avez-vous en tête d’autres projets qui allient technologie et éthique ?

J‘anime aujourd’hui des workshops avec de petits groupes et des écoles afin d’imaginer comment cet arbre pourrait s’intégrer dans l’espace public. NewWind a développé la feuille en objet unique – l’Aeroleaf® qui va pouvoir se dupliquer en buisson sur des toitures, ou en façades de bâtiments pour des balustrades. Il y a beaucoup de scénarii possibles autour de cet arbre.

Bookmark and Share

About admin