Le rôle des territoires dans l’efficacité énergétique ?

efficacité énergétique, précarité énergétiqueEntre l’urgence climatique et la généralisation du phénomène de précarité énergétique, le débat sur la transition énergétique est en quête de solutions. C’est dans ce contexte que les collectivités locales plaident en faveur de l’efficacité énergétique. En plus de leur participation financière aux investissements, les territoires apportent leurs contributions en participant aussi aux réflexions sur le sujet…

L’approche des territoires favorise l’efficacité énergétique

Déjà en 2013, à l’occasion de la présentation de la synthèse des débats territoriaux, l’ancien ministre de l’Energie, Philippe Martin, confiait « qu’une forme d’autonomie énergétique des territoires est recherchée » par les pouvoirs publics. Une liberté qui se manifeste notamment par des propositions en faveur de l’efficacité énergétique.

Un engagement qui fait d’ailleurs écho aux demandes du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). En effet, l’organisme appelle de ses vœux de manière pressante des investissements de plusieurs centaines de milliards d’euros en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique afin d’obtenir « une réduction drastique des émissions mondiales de gaz à effet de serre : de – 40 à – 70 % entre 2010 et 2050, et de – 100 % d’ici à 2100 ».

L’an passé, au mois de décembre 2013, la Chaire Développement Durable de Sciences Po organisait la première édition de sa Conférence Annuelle en partenariat avec Rexel. Laurence Tubiana, directrice de la Chaire et facilitatrice du débat national sur la transition énergétique, rappelait alors que « l’échelon territorial a apporté des éléments au débat sur la transition énergétique qui sont représentatifs des évolutions de la société française ».

Justement, l’Observatoire national de la précarité énergétique nous apprend que près d’un Français sur cinq a des difficultés pour se chauffer cet hiver. Sensibles à cette problématique du fait de leur proximité avec les administrés, les collectivités territoriales ont donc doublement conscience de l’intérêt de développer l’efficacité énergétique.

Les régions sont très engagées dans la stratégie énergétique depuis le Grenelle de l’environnement, notamment dans le cadre de l’élaboration du schéma régional climat-air-énergie (SRCAE). Grâce à cette compétence, de nombreuses collectivités ont déjà pu faire le choix de l’efficacité énergétique. Par exemple, l’Agence Locale de l’Energie et du Climat de la métropole bordelaise et de la Gironde, a organisé en octobre dernier un échange sur les meilleures pratiques pour les bâtiments publics, avec d’autres partenaires européens.

L’apport des collectivités territoriales à l’efficacité énergétique

Le « Panorama des financements climatiques en France » de la CDC Climat Recherche montre la réalité des efforts financiers réalisés entre autres par les administrations. L’étude éditée en octobre 2014 révèle que plus de huit milliards d’euros ont été investis en 2011 dans l’efficacité énergétique. En revanche, l’institution financière nous indique également que sur une enveloppe globale de 22 milliards consacrée aux financements climatiques, seuls quatre provenaient de fonds publics.

Parmi les expérimentations innovantes mises en œuvre dans nos régions, on peut notamment citer le « service public de l’efficacité énergétique », lancé en Picardie. Sur le modèle du green deal britannique, des travaux sont réalisés chez les particuliers grâce à des emprunts « dont le remboursement correspond, au maximum, aux économies réalisées en matière de chauffage ».

Toutefois, la participation des territoires au développement de l’efficacité énergétique ne se cantonne pas uniquement aux dépenses d’investissement. En témoignent les travaux engagés par l’Ecole de Management de Grenoble lors de la 2e édition de son baromètre du marché de l’énergie. D’après plus d’une centaine d’experts mobilisés sur la question dans le chef-lieu de l’Isère, l’amélioration de l’efficacité énergétique doit continuer à être considérée comme prioritaire.

En avril dernier, la région Alsace prouvait encore avec la création du forum « Efficacité énergétique, territoire et bâtiment, quelles convergences? », que les collectivités restaient prioritairement un lieu de débat. Etienne Wurtz, directeur de recherche CNRS-CEA, soulignait alors « la nécessité de privilégier l’optimisation et la mutualisation de la production et de la consommation énergétiques sur la performance individuelle de chaque bâtiment ». Des options collectives qui se décident généralement à l’échelle d’un bassin de population…

En savoir plus :

Bookmark and Share

About admin