L’interopérabilité au cœur de la problématique du Smart Home

Smart home, consommation électrique, efficacité énergétique, Energie 3.0, énergies renouvelables, habitat

Avec l’avènement annoncé du Smart Home dans les années à venir, les questions autour de sa mise en œuvre à grande échelle se multiplient. L’interopérabilité des différents systèmes de Smart Home est l’une d’entre elles. Définie comme la capacité des systèmes à cohabiter et à collaborer entre eux sans restriction de compatibilité, l’interopérabilité vise à faire en sorte que l’ensemble des entités du Smart Home soient capables d’échanger et d’utiliser des informations entre elles pour exécuter les tâches qui leurs sont attribuées. Autrement dit, sans interopérabilité des différents systèmes, pas de succès possible du Smart Home. Comment alors réaliser le défi de l’interopérabilité ?

Convergence des systèmes et standardisation des normes

Les objets de la maison connectée sont reliés par un écosystème centralisé. Ce dernier, qui est le point central des différentes données circulant dans la maison, s’interconnecte avec d’autres objets, dépendants d’autres logiciels. L’enjeu pour les différents systèmes sera alors de réussir à échanger des informations sans pour autant modifier les différents protocoles des systèmes. La convergence de ces systèmes est la clé de l’interopérabilité.

La plupart des fabricants ont déjà commencé à utiliser leurs propres standards qui, généralement, ne se connectent pas avec les autres systèmes disponibles sur le marché. Plusieurs fonctionnalités des systèmes connectés devront dans le futur être standardisées pour que l’interopérabilité devienne effective. Les protocoles d’exploitation des systèmes, les mécanismes d’authentification, ou encore la possibilité de définir comment des invités peuvent interagir avec l’écosystème d’objets connectés présent dans nos maisons font partie des exemples d’éléments pour lesquels l’interopérabilité n’est pas une option mais bien une nécessité. Définir les paramètres qui devront être standardisés, ainsi que les modalités techniques de l’interaction des objets de la maison connectée avec les protocoles des unités centrales, constituera une première série de défis pour les fabricants du marché Smart Home.

Echange de données et sécurité

Au-delà de ces aspects pratiques et quotidiens, le succès de l’interopérabilité impose également que soit posée la question de la sécurisation des échanges de données. La standardisation des protocoles d’échanges entre les différents éléments mis en relation dans un système au domicile d’un consommateur implique non seulement que les objets ainsi connectés puissent « se comprendre » et fonctionner correctement mais aussi que les informations qu’ils échangent ne puissent pas être récupérées par d’autres appareils non autorisés à proximité du réseau.

Tout l’enjeu est dans la mise en place de systèmes qui garantissent la sécurité des données sans pour autant complexifier la mise en relation des différents objets. En passant d’un objet connecté à un système central différent, l’usager doit pouvoir s’assurer non seulement que le transfert est effectué, mais également que celui-ci est effectué de manière sûre et confidentielle.

Vers une filière française du Smart Home

Une multitude d’acteurs de la filière éco-électrique cherchent aujourd’hui à se positionner sur le marché du Smart Home, bien qu’ils peinent encore à trouver un modèle de marché stable. Outre les questions d’ordre technique, il convient d’instaurer un dialogue entre les différents acteurs de la filière pour que des compromis soient trouvés.

Des échanges ont déjà commencé à se mettre en place, par exemple au travers de l’IGNES, groupement des industriels du secteur des automatismes et de la domotique. Ainsi selon Xavier de Froment, Président de l’IGNES, « aucune entreprise ne possède aujourd’hui à elle seule toutes les briques permettant le développement d’une maison connectée ». C’est dans ce sens que l’IGNES a par exemple initié en 2012 « les matinales du Smart Home », qui regroupent différents acteurs à l’avant-garde du marché du Smart Home autour de conférences d’une heure et demie pour discuter des enjeux de la filière.

Le succès des différents acteurs de la filière se situera en réalité dans leur capacité à comprendre le marché et à en anticiper les transformations.

En savoir plus :

  • Coordinating the web of services for a smart home, ACM Transactions on the Web (TWEB), Volume 7 Issue 2, May 2013
  • Informations sur le groupe “The IEEE-Standards Association Industry Connections – Convergence of Smart Home and Building Architectures (CSHBA)” lancé par l’IEEE pour faire converger les normes du Smart Home au Etats-Unis.
Bookmark and Share

About admin