La Gamification : l’outil Incontournable pour inciter aux comportements énergétiques vertueux ?

efficacité énergétique, consommation électrique, Energie 3.0, Gamification, Serious GamePar ses vertus pédagogiques et sa dimension ludique, le jeu est un puissant levier de sensibilisation à des thématiques complexes. Apparus dans leur version actuelle au début des années 2000, les serious games constituent une nouvelle approche sous un format ludique de problématiques essentielles au fonctionnement d’organisations, d’entreprises ou à la promotion d’idées et de valeurs. Réapproprié rapidement par une diversité d’acteurs (artistes, scientifiques, entreprises, institutions…) poursuivant une large variété d’objectifs (pédagogie, information, communication, formation…), le principe du « jeu sérieux » commence aujourd’hui à intéresser les acteurs du secteur de l’énergie et de l’efficacité énergétique.

Serious games, incitations et modification des comportements

Les serious games facilitent une prise de conscience des enjeux liés à la consommation d’énergie. Grâce aux mécaniques de fonctionnement du jeu vidéo, ils permettent d’impliquer le joueur et donc de créer un attachement affectif plus ou moins intense, rendant possible l’acquisition de valeurs, la découverte d’enjeux et une modification du comportement.

Afin d’influencer durablement les valeurs et le comportement du joueur-usager, un serious game doit répondre à certains modèles de développement. La durée du jeu, la cible visée, les tâches proposées aux joueurs, etc. sont autant de critères primordiaux qui vont contribuer à déterminer le niveau d’adhésion de l’utilisateur. La navigation entre l’univers du jeu et celui de l’apprentissage tout au long des missions est donc un équilibre délicat à trouver.

Bien que très diversifiés, la plupart des serious games aujourd’hui créés par des acteurs du secteur de l’énergie convergent principalement vers deux objectifs : faire prendre conscience des enjeux environnementaux liés à l’énergie et inciter les joueurs à adopter un comportement énergétique plus sobre. Modélisation de la consommation des appareils, de l’habitat ou de la ville, virtualisation du pilotage, mesure de l’empreinte écologique et climatique etc., de nombreux modules permettent au joueur de faire varier les paramètres liés à la consommation d’énergie et d’en mesurer l’impact.

Une prise de conscience globale de l’enjeu environnemental

Plusieurs jeux ont été mis au point dans l’optique de modéliser globalement les impacts de la consommation énergétique sur le climat. Proposant des contenus complets, ces jeux requièrent un investissement proportionnellement prolongé, sans que la dimension ludique du jeu en soit pour autant affectée. C’est le cas de « Clim’way », qui place le joueur face à la mise en œuvre d’un plan climat à l’échelle d’une ville, ce qu’il doit faire en étant confronté à de nombreux aléas qu’il doit régler en 50 tours (soit 50 ans). Le temps de réalisation de ce plan climat est d’au moins deux heures.

Parmi les serious games d’envergure, « SOS-21 », représente un autre niveau d’aboutissement. Le programme prévoit en effet de reconstituer le lieu et les conditions de vie du joueur au sein de l’univers en trois dimensions du jeu, en prenant en compte les paramètres de son choix : région, taille de la ville ou vie à la campagne, type d’habitation… Par l’intermédiaire de son avatar, l’utilisateur est amené à gérer des scènes de sa vie quotidienne et professionnelle en effectuant des choix plus ou moins économes en énergie. Un bilan est dressé après chaque séquence de jeu et permet de tirer les conséquences des actions entreprises pendant la journée de jeu.

Cette expérience permet au joueur de comprendre les défis logistiques et techniques liés à son comportement vis-à-vis de la performance énergétique. De plus, le fait de reconstituer l’environnement réel du joueur permet d’accentuer l’impact que le jeu aura sur lui.

Favoriser les comportements vertueux en sensibilisant au pilotage

Les diverses applications, logiciels et systèmes ludiques cherchent à atténuer, voire à faire disparaître les barrières naturelles qui peuvent séparer la prise de conscience de l’action. La plateforme Ecoinomy propose ainsi de mettre en place des actions ayant un réel impact sur la consommation et l’efficacité énergétique, chaque initiative étant comptabilisée et enregistrée par la suite.

Parmi les projets les plus aboutis en ce sens, Plan it green, développé par le National Geographic, entraîne les joueurs à construire des bâtiments écologiques et adopter des comportements éco-responsables.

Autre exemple d’un jeu simple qui incite aux actions vertueuses : « Lâchez prise », développé par le Centre des sciences de Montréal. Le joueur a pour mission de découvrir six objets permettant de résoudre six problèmes énergétiques en passant dans six lieux d’une maison. L’utilisateur dispose de neuf minutes maximum pour réussir, une durée de vie du jeu réduite et qui va de pair avec la simplicité de l’interface, la rendant accessible à tous.

La gamification : des résultats concrets et mesurables

Afin de démontrer l’impact concret de ces jeux sur les comportements, une étude sur le serious game « Energy Chickens » a été réalisée. Ce jeu enregistre les données quotidiennes de consommation d’énergie des divers appareils d’une habitation. Ces données énergétiques servent par la suite à faire vivre des poulets virtuels, chaque économie d’énergie améliorant la santé du poulet et permettant ainsi au joueur de développer une ferme.

288 appareils ont été placés sous surveillance pendant 24 semaines à l’aide de capteurs spécifiques et 42 participants ont été initiés au serious game, auquel ils ont joué pendant 12 semaines.

Il a été observé que la consommation quotidienne d’énergie a baissé de 13%, allant jusqu’à 23% les jours de repos et 7% d’économie les jours actifs. A l’issue de l’étude, 69% des participants ont déclaré que le jeu a eu un fort impact sur eux, et qu’ils avaient déjà changé leurs pratiques en dehors de leurs lieux de travail.

Selon une étude réalisée en Janvier 2014 par l’institut IDC Energy Insights, 60% des fournisseurs et détaillants en énergie pourraient utiliser au moins une application de type « gamifié » d’ici à 2016. Les serious games joueront sans nul doute un rôle déterminant dans la lutte pour la sobriété énergétique.

En savoir plus :

  • Le rapport des recherches autour du jeu « Energy Chicken ».
Bookmark and Share

About admin