IssyGrid : l’optimisation énergétique par le smart-grid de quartier

"efficacité énergétique", consommation électrique, énergies renouvelables, smart grids, Union européenne


Après Fribourg-en-Brisgau, continuons notre tour d’horizon des villes durables. : Issy-les-Moulineaux, portrait d’une ville qui a fondé sa stratégie énergétique sur la mise en place de réseaux intelligents (smart grids) avec le défi de faire émerger le « 1er réseau de quartier intelligent » de France: IssyGrid®. Récit de ce pari innovant.

La mise en place du projet : l’optimisation énergétique en ligne de mire

Le projet a été pensé par des acteurs variés déployant des expertises complémentaires pour construire la « ville du futur ». Dix entreprises sont aujourd’hui impliquées dans ce projet : Alstom, Bouygues Immobilier, Bouygues Telecom, EDF, ERDF, ETDE, Microsoft, Schneider Electric, Steria et Total en collaboration avec les pouvoirs publics locaux, et plusieurs start-up du secteur des greentech (Ijenko et Linky notamment).

Lancé en avril 2011, IssyGrid® espère s’inscrire en réponse à un triple enjeu : les tensions énergétiques mondiales croissantes, les prévisions de hausse des coûts de l’énergie et les impératifs  écologiques. À ces enjeux s’ajoutent les mesures imposées par les règlementations européennes et nationales, concernant notamment le « paquet énergétique » (voir notre introduction de la série « ville durable » pour plus de précisions).

L’optimisation énergétique repose sur trois piliers : une consommation raisonnée et intelligente (consommer moins et au bon moment), une intégration de la production d’énergies renouvelables au niveau local, une meilleure gestion de l’énergie et des usages (distribution et réseaux).

Des logements équipés de dispositifs d’efficacité énergétique

Une toute première phase de monitoring a été mise en place sur le quartier Seine Ouest, avec l’installation de dispositifs innovants d’optimisation énergétique début 2012. Une dizaine de logements tests ont été équipés d’outils de suivi des consommations par pôle d’usage (chauffage, éclairage, eau chaude etc.) et de prises communicantes pour évaluer la consommation de chaque équipement.  Des thermostats communicants ont également été installés afin de permettre à l’habitant de régler la température du logement à distance. Enfin, l’installation de capteurs de température et d’humidité permet désormais d’évaluer la qualité de l’environnement intérieur. Le compteur intelligent Linky est venu compléter le dispositif. L’ensemble de ces équipements produit un corpus d’information transmis en temps réel, via la box Internet, vers le centre d’information énergétique du quartier. L’expérience s’est étendue à une trentaine de logements en 2012.

Des bâtiments intelligents et performants

C’est le siège de Bouygues Immobilier, abrité dans le nouvel immeuble Galeo, qui a servi de bâtiment test. Galeo est équipé de sources d’énergie renouvelables (panneaux solaires) et d’une interface permettant de mesurer et de maîtriser les consommations d’énergie. L’outil permet de gérer à la fois la production (via le réseau local), la distribution et la consommation d’énergie. Ce dispositif a été étendu dans le courant de l’année 2012 à quatre autres bâtiments tertiaires du secteur.

Un système en réseau pour une optimisation énergétique locale

"efficacité énergétique", consommation électrique, énergies renouvelables, smart grids, Union européenne

A l’échelle de l’éco-quartier, le « centre d’information, d’expertise et de conseil du réseau » permet de centraliser les données de consommation récupérées au sein des logements et des bâtiments tertiaires. Ces données sont analysées et le centre peut ainsi proposer des options d’amélioration à l’ensemble des acteurs du réseau (particuliers et entreprises). La production d’énergie (EnR) et le stockage sont également gérés en réseau.

Pour lisser les pointes de consommation les constructeurs sont même allés jusqu’à imaginer un principe de vases communicants, entre les bâtiments tertiaires, a énergie positive en veille le week-end, et les foyers résidentiels qui sont à ce moment-là plus demandeurs en énergie.

Au dispositif de pilotage est intégré depuis peu « l’éclairage public intelligent » qui s’adapte en temps réel au trafic routier et à la luminosité naturelle. Un parc de bornes de rechargement de voitures électriques est aujourd’hui également mis à disposition des administrés qui roulent à l’électrique.

La communication entre ces « objets énergétiques », au sein du smart grid, permet un ajustement au plus juste de la consommation et une maîtrise de la demande d’électricité (MDE), éléments déterminants de l’efficacité énergétique.

Perspectives 2013 : le développement de l’éco-quartier numérique du Fort D’Issy

Circonscrit aujourd’hui à près de 10 000 personnes et un périmètre de 160 000m², le projet s’étendra en 2013 aux 1600 logements du quartier résidentiel du Fort d’Issy.

Le quartier durable Urban Era (un projet initié par Bouygues Immobilier) aura ainsi pour objectif de créer un « écosystème urbain », un éco-quartier intelligent et numérique. Les bâtiments intelligents seront interconnectés (via le smart grid) et équipés de dispositifs énergétiques performants. A titre d’exemple des écrans numériques seront placés à l’entrée de chaque logement permettant la maîtrise des consommations et le réglage de la lumière et du chauffage. Les équipements seront approvisionnés en grande partie par la géothermie.

Le quartier du Fort d’Issy prévoit également un cadre de vie privilégié avec une circulation routière limitée, une collecte « pneumatique » des déchets (plus éco-responsable) et divers bâtiments municipaux innovants et durables (la piscine, l’école ou le miroir d’eau).

"efficacité énergétique", consommation électrique, énergies renouvelables, smart grids, Union européenne

Pour aller plus loin

  • Une vidéo explicative sur le projet IssyGrid® produit par Smart-Cities TV.
Bookmark and Share

About admin