Quelles solutions pour quelles économies en matière de consommation énergétique des bâtiments ?

Le temps nécessaire à l’amortissement d’investissements d’efficacité énergétique varie en fonction des conditions d’utilisation et des caractéristiques d’un bâtiment.  Afin de connaître précisément le potentiel d’économies d’énergie réalisables sur un bâtiment, il est nécessaire d’en effectuer un audit afin de connaître la nature exacte de ses consommations. Dans certains cas, les solutions d’efficacité énergétique mises en avant par la filière éco-électrique* peuvent permettre des économies d’énergie conséquentes tout en améliorant le confort des utilisateurs.

Après quatre ans de recherche, le programme HOMES a mis en avant deux conclusions quant aux critères à prendre en compte lors d’un audit énergétique pour pouvoir appliquer de façon optimale les solutions d’efficacité énergétique active :

  • Effectuer une segmentation temporelle, c’est-à-dire ajuster la consommation énergétique (chauffage centralisé, éclairage etc.) aux heures de présence des usagers.
  • Effectuer une segmentation spatiale au sein d’un même bâtiment, ou plus finement au sein d’une même pièce.

Ces zonages précis de la consommation permettent de faire des économies conséquentes, qui varient cependant en fonction du type de bâtiment.

efficacité énergétique, consommation électrique, habitat, filière éco-électrique

efficacité énergétique, consommation électrique, habitat, filière éco-électrique

On observe que ce sont les infrastructures du secteur tertiaire qui sont susceptibles d’obtenir les meilleurs rendements énergétiques. De par leur configuration – le plus souvent des salles de taille moyenne et fermées- les bâtiments d’enseignement et de bureaux permettent un zonage précis de la consommation pour le chauffage et l’éclairage. Les solutions d’efficacité énergétique active permettraient de dégager des potentiels d’économies d’énergie de l’ordre de 55 à 60%.

A l’inverse, les centres commerciaux, les gares, les aéroports ou les infrastructures de loisirs (musées, salles de sports), qui sont des bâtiments de taille importante et ouverts à la circulation, ne permettent pas de « découper » autant leur activité. Bien qu’un pilotage intelligent de la consommation demeure une solution rentable, les potentiels d’économies d’énergie pour ce type de structure sont de l’ordre de 30 à 35%.

Des secteurs clefs qui peuvent ouvrir la voie

Des études par secteur illustrent la rentabilité des solutions d’efficacité énergétique active quel que soit le bâtiment visé. Au sein du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, les solutions de pilotage intelligent de la consommation représentent par exemple un important gain énergétique. Les cafés, hôtels et restaurants constituent environ 7 % du parc des bâtiments tertiaires en France et présentent une consommation moyenne de 241 kWh/m2/an, soit une facture énergétique moyenne de 21,6 €/m2/an. Avec un investissement initial d’installation des solutions d’efficacité énergétique active estimé de l’ordre de 45 €/m2, le retour sur investissement n’est que de 6 ans dans ce secteur.

Selon les études de la filière éco-électrique, ce sont les bureaux qui représentent le plus fort potentiel d’économies d’énergie, avec un investissement de 14€ nécessaire à l’économie d’un MWh par an (soit 90€). C’est ce qu’ont notamment confirmé les études du programme HOMES à travers le bâtiment de bureaux Savoie Technolac.

efficacité énergétique, consommation électrique, habitat, filière éco-électrique

Les professionnels de la filière éco-électrique estiment que la mise en place des solutions d’efficacité énergétique active sur l’ensemble du territoire français, aussi bien pour les bâtiments résidentiels que pour le tertiaire, permettrait des économies d’énergie de l’ordre de 13 à 20 milliards d’euros par an.

Sources :

* La filière éco-électrique regroupe cinq fédérations et syndicats qui constituent un bloc de compétences allant de la recherche appliquée jusqu’à l’intégration, l’installation l’exploitation et la maintenance de solutions chez le consommateur final, en passant par la fabrication industrielle et la distribution spécialisée.

  • La FFIE : Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique
  • La FGME : Fédération des grossistes en matériel électrique, dont Rexel est membre
  • Le Gimélec: rassemble des entreprises qui fournissent des solutions électriques et d’automatisme sur les marchés de l’énergie
  • L’IGNES : Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire
  • Le SERCE : Syndicat des entreprises de génie climatique et électrique
Bookmark and Share

About admin