Quelle feuille de route pour l’efficacité énergétique aux Etats Unis ?

efficacité énergétique, efficacité électrique, Etats-Unis, facture énergétiqueComment s’adapter aux évolutions permanentes du contexte géopolitique en matière énergétique ? Si les débats ont largement émergé dans la société civile américaine, les politiques en la matière peinent à se renouveler. En effet, pendant la dernière campagne présidentielle les débats ont largement occulté les sujets climatique et énergétique, en dehors de la question des gaz de schistes. Après les promesses de 2008, le pragmatisme du président démocrate n’a pas rendu possible un véritable changement en matière de consommation énergétique et de mode de vie ; quelles perspectives offre son second mandat ?

L’efficacité énergétique : une préoccupation croissante

Les initiatives de l’exécutif américain sont-elles de nature à avoir un véritable impact sur les émissions de CO2 ou encore sur la facture énergétique des ménages ? Des mesures ont d’ores et déjà été mises en place, à l’image du Better Building Initiative et de l’American Recovery and Reinvestment Act. Ces programmes qui consacrent l’efficacité énergétique thermique (travail sur l’isolation des bâtiments) devraient cependant mettre du temps avant de réellement infléchir la consommation énergétique des américains. En effet, ils ont respectivement pour objectifs d’augmenter de 20% l’efficacité énergétique pour les bâtiments à usage commercial et pour le secteur résidentiel à l’horizon de 2020.

Le discours sur l’état de l’Union prononcé le 12 février 2013 s’est voulu plus ambitieux en affichant comme objectif une réduction de 50% les dépenses énergétiques des entreprises et des ménages pour les vingt prochaines années. Reste que malgré cette allocution, les interrogations persistent sur le financement de ces mesures ; ainsi la Lettre du Solaire de novembre 2011, dans un dossier consacré à l’Amérique du Nord, se demandait déjà: « La volonté politique est bien là, mais le financement suivra-t-il ?» à propos du programme HomeStar.

L’efficacité électrique, une piste pour développer l’efficacité énergétique

Si l’efficacité énergétique thermique semble bien faire partie du plan de travail de l’administration américaine, le message présidentiel n’a cependant pas évoqué d’éventuelles mesures pour les autres solutions d’efficacité énergétique. Un rapport Mc Kinsey de 2009 intitulé Unlocking energy efficiency in the US economy avait pourtant souligné la nécessité de lever trois types de barrières  (structures, comportements et disponibilité) pour obtenir un meilleur rendement en terme d’efficacité énergétique: de tels obstacles persistent à grande échelle et ne seront surmontés que si un ensemble cohérent de solutions est mis en place.

Depuis, les acteurs du secteur, à l’instar de l’Electrical Power Research Institute, ont largement insisté sur la nécessité de développer l’utilisation des nouvelles technologies et des composants électriques efficaces afin de contenir les dépenses. En 2013, le guide de l’EPRI, Business Case/Cost Recovery Resources, se penche notamment sur les avantages et les bénéfices que peuvent procurer les Smart Grids.  Reprenant en grande partie des travaux réalisés en 2011, il développe plus précisément la question de la monétisation des avantages liés à l’exploitation de ces réseaux. Cet outil permettra de fournir aux commissions de régulation de l’énergie les informations dont elles pourraient avoir besoin pour donner leur feu vert à des investissements et fixer les tarifs de manière à recouvrer les coûts engagés. Reste à savoir si ce chiffrage sera une incitation suffisante pour convaincre M. Obama d’explorer plus avant les différentes alternatives offertes en matière énergétique.

En savoir plus:

  • Obama appelle le Congrès à agir sur l’économie et le climat, Le Monde, 13/02/2013
  • Unlocking energy efficiency in the US economy, Mc Kinsey, 2009
  • Business Case/Cost Recovery Resources, EPRI, 2013
Bookmark and Share

About admin