La domotique : vers une maison 3.0 ?

efficacité énergétique domotique équipements électroniques nouvelles technologiesAlors que l’efficacité énergétique devient un des leviers d’action du gouvernement pour réduire la facture énergétique (point abordé lors de la conférence environnementale du 14/09),  les acteurs de la filière proposent des solutions toujours plus innovantes. Dans le secteur résidentiel notamment, plusieurs types d’interventions sont possibles pour améliorer l’efficacité énergétique des logements. L’isolation est désormais bien connue des particuliers, mais il est également possible de réduire ses consommations grâce aux équipements de « home-automation » ou domotique.

Un marché en croissance rapide

Fusion de « domus » (« maison » en latin) et d’ « automatique », la domotique se définit comme un « ensemble des techniques visant à intégrer à l’habitat tous les automatismes en matière de sécurité, de gestion de l’énergie, de communication, etc » (dictionnaire Larousse). Il s’agit donc d’équipements électroniques capables de programmer, d’automatiser et de piloter à distance les différents flux énergétiques d’un logement. Une étude du cabinet Xerfi de septembre 2011 enregistre une progression de 6% du marché de la domotique durant la dernière décennie.

La domotique au service de l’efficacité énergétique

Ventilation, éclairage ou encore appareils électroménagers : tous peuvent être programmés et contrôlés à distance. Cela permet non seulement de mesurer la consommation d’un bâtiment mais également de la gérer plus correctement et pour les usagers d’adapter leurs comportements (tel que le proposent les industriels du secteur avec les solutions EE1 et EE2).

Concrètement, ces systèmes ou dispositifs permettent d’interconnecter les équipements électroniques afin d’optimiser leur gestion et leur utilisation. Ils se composent d’un système de commande, d’un appareil qui réceptionne cette commande et enfin d’un boîtier servant d’interface. Il existe deux modalités principales pour la mise en place d’un tel réseau : soit les appareils sont câblés, soit ils sont reliés par ondes radios à l’ordinateur central.

En automatisant des phénomènes « routiniers », la domotique permet par exemple d’éviter d’oublier d’éteindre des lumières, le chauffage, ou encore certains appareils électriques domestiques énergivores, même lorsqu’ils sont en mode « veille ». Pour le moment encore relativement coûteux, les systèmes domotiques demeurent peu répandus. Pourtant, au vu des économies d’énergie qu’ils sont capables d’offrir (de 15% à 50% en fonction des installations et des marques) les perspectives sont alléchantes tant en matière environnementale qu’économique. Selon le cabinet d’étude ABI Research, le volume de ce marché devrait atteindre 11,8 milliards d’euros en 2015.

En savoir plus :

Bookmark and Share

About admin