- Energie 3.0 : le magazine spécialisé sur l'efficacité énergétique. - http://www.efficacite-electrique.fr -

L’électricité nucléaire au cœur du défi de l’efficacité énergétique

Posté par admin le 07/09/2012 à 10:12 Dans Europe,Industrie | Pas de commentaire

Le nucléaire est l’une des sources d’énergie qui crée le plus de débats, notamment en France où les centrales nucléaires assurent 75% de la production d’électricité nationale. Pour autant, les Européens connaissent peu les tenants et les aboutissants de cette technologie. D’après une enquête de 2007 réalisée par le site touteleurope.fr, ils ne sont que 57% à identifier correctement les enjeux techniques du nucléaire. Comment produit-on de l’électricité d’origine « nucléaire » ? Quelles sont les forces et les faiblesses de ces centrales, notamment en matière d’efficacité énergétique ?

Un principe équivalent à n’importe quelle centrale électrique

Le principe d’une centrale nucléaire ne diffère pas fondamentalement d’une centrale électrique utilisant un autre combustible. Il s’agit de chauffer une grande quantité d’eau pour la transformer en vapeur. Cette dernière, sous pression, fera tourner une turbine, qui grâce à son mouvement produira de l’électricité. Pour chauffer l’eau, on utilise de l’uranium « enrichi » en isotopes, que l’on va « fissurer ». La fission signifie que l’on « casse » ces atomes d’uranium ; c’est cette brisure qui produit une forte chaleur, utilisée pour transformer l’eau en vapeur.

L’eau chauffée est ensuite refroidie grâce à un système parallèle, avant d’être rejetée dans son cours d’eau originel. Cela explique pourquoi les centrales se trouvent toujours à proximité de cours d’eau importants. Les réacteurs fonctionnant selon cette technique sont des REP (Réacteurs à Eau sous Pression), technologie la plus courante à travers le monde. La recherche tente aujourd’hui de mettre au point des réacteurs à « fusion nucléaire », une technique qui s’apparente aux réactions qui ont lieu à la surface du soleil.

Une puissance incomparable… mais dont le rendement laisse à désirer

Un argument peu connu plaide lourdement en défaveur du nucléaire : sa faible efficacité énergétique. On estime que le rendement moyen d’une centrale est d’environ 30%, c’est-à-dire que 30% de l’énergie dégagée par la fission de l’uranium sera finalement convertie en électricité. Le reste est « perdu » ou consommé lors des différentes étapes nécessaires à la transformation de cette énergie « potentielle » en électricité.  L’un des enjeux des prochaines générations de centrales sera donc de rendre la chaine énergétique plus efficace, tel l’EPR d’Areva qui promet 35% d’efficacité supplémentaire pour une consommation de combustible inférieure de 17%, à production constante.

L’efficacité énergétique d’une centrale nucléaire (source : le site pédagogique jecomprendsenfin.fr)

Une puissance incomparable… accompagnée de nombreux risques

Malgré cette déperdition énergétique, les centrales nucléaires demeurent actuellement le plus puissant moyen de production d’électricité, tout en ne rejetant pas de CO2. Cette caractéristique constitue aujourd’hui, en termes environnementaux, leur avantage le plus intéressant face aux centrales thermiques traditionnelles. Du fait de l’accessibilité encore relativement aisée de la matière première, l’électricité nucléaire est également moins chère que la majorité de ses consœurs. Son prix varie entre 30 et 120 euros par MWh, contre 150 à 300 pour l’électricité produite à partir de pétrole.

Face à ces qualités décisives, les risques de sécurité ou de pollution constituent les principaux freins à son utilisation, notamment depuis la tragédie de Fukushima. L’installation d’une centrale nucléaire coûte par ailleurs très cher, de même que sa maintenance. En termes environnementaux, l’eau de refroidissement rejetée peut abimer la faune et la flore, notamment quand elle vient perturber la température naturelle du cours d’eau avoisinant. Surtout, la gestion des  déchets radioactifs sur le long terme est encore balbutiante. Ces déchets, qui peuvent conserver leur niveau de radioactivité durant plusieurs décennies, se révèlent compliqués et coûteux à stocker ou retraiter.

Ces ambivalences font du nucléaire une source d’énergie en débat sur tout le continent européen. Les Italiens ont par exemple massivement voté contre les projets de relance de la filière (94% de votes négatifs) lors d’un référendum en juin 2011. L’Allemagne devrait pour sa part arrêter toute production nucléaire en 2020. Après la France, la Slovaquie et la Belgique sont les principaux utilisateurs de l’atome qui assure 54% de leur production, suivis de la Suède avec 45%. Certains pays comme l’Autriche, le Danemark ou le Portugal n’utilisent pas d’énergie d’origine atomique.

A lire aussi :


Article imprimé depuis Energie 3.0 : le magazine spécialisé sur l'efficacité énergétique.: http://www.efficacite-electrique.fr

Lien de l'article: http://www.efficacite-electrique.fr/2012/09/electricite-nucleaire-efficacite-energetique/

Copyright © 2011 Rexel. All rights reserved.