A partir de quelles sources les Européens produisent-ils leur électricité ?

L’explosion du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fukushima en mars 2011 a marqué un tournant dans la conscience de la communauté internationale. Non seulement la catastrophe fait écho aux événements de 1986 en Ukraine, mais elle relance également le débat autour de la place du nucléaire dans le « mix » énergétique. Depuis, l’Allemagne a pris la décision de cesser sa production électrique issue du nucléaire civil, mais sur quelles autres sources peut-elle s’appuyer? Pour l’instant, aucun Etat européen n’a véritablement coordonné ses sources de production avec ses voisins. Malgré la mobilisation de l’Union européenne, notamment en matière de coordination des réseaux électriques frontaliers, la production demeure une prérogative nationale. Un panorama du mix énergétique de quatre Etats européens permet de mesurer la variété des moyens utilisés et la dispersion des choix politiques en la matière.

La France mise sur le nucléaire

Avec 58 réacteurs assurant 75% de sa production électrique, la France est un cas unique en Europe. Aucun autre pays européen ne possède une seule source d’énergie assurant plus de 60% de sa production. Le nucléaire représente par exemple 47,3% de l’énergie produite en Espagne,  23% en Allemagne (chiffre de 2010, avant l’arrêt progressif de ses 17 réacteurs, prévu d’ici 2022). Parmi les Etats que nous étudions, le Danemark est le seul pays n’utilisant pas l’atome(1).

nucléaire, éolien, énergies renouvelables, Grenelle de l’environnement, mix énergétique

Mix énergétique français

Le Danemark en pointe sur les sources d’énergies renouvelables….

C’est au Danemark que le développement des EnR est le plus avancé. Sa production électrique atteint les 30% d’origine renouvelable (20% éolien, 10% autres EnR), et devrait être portée à 50% d’ici à 2020. Les EnR représentent 16% de l’électricité produite en Allemagne, 15% en France et 11,3% en l’Espagne.

… avec néanmoins une production électrique rejetant beaucoup de CO²

Le Danemark et l’Allemagne font donc à la fois figures de modèles, par leurs politiques environnementales volontaristes, mais aussi de pollueurs importants : 70% de l’électricité danoise est produite à partir de sources fossiles, 55% pour l’Allemagne. Comme nous l’évoquions sur le webmag, l’Allemagne souhaite sortir de ce modèle à moyen terme et dépasser les 50% d’électricité produite grâce à des sources renouvelables dès 2030. En matière de pollution atmosphérique, la France produit l’électricité la « moins carbonée » d’Europe,  n’utilisant les combustibles fossiles que pour 10% de sa production.

nucléaire, éolien, énergies renouvelables, Grenelle de l’environnement, mix énergétique

Mix énergétique espagnol

nucléaire, éolien, énergies renouvelables, Grenelle de l’environnement, mix énergétique

Mix énergétique allemand

L’Europe impose des objectifs communs, laissant aux Etats le choix des moyens pour y parvenir

C’est dans le cadre des objectifs européens du « 3×20 en 2020 » (à l’horizon 2020; 20% d’émission de gaz à effet de serre en moins, 20% d’efficacité énergétique en plus ; 20% de la consommation énergétique provenant de sources renouvelables) que la production énergétique européenne devra évoluer dans l’Union. Pour la France, les objectifs définis par le Grenelle de l’environnement sont clairs : développer la part des EnR pour atteindre 23% du mix dès 2020.

A lire aussi :

Sources :

(1)    Chiffres et graphiques issus du rapport 2011 du Syndicat des Energies Renouvelables.
(2)    Rapport sur  les énergies renouvelables en Espagne, Ambassade de France en Espagne, 2011

Bookmark and Share

About admin