L’Union européenne et la Chine accélèrent leur coopération énergétique

smart grids, Chine, Union Européenne, sécurité énergétique, coopération énergétiqueEn février dernier avait lieu à Pékin le 14ème sommet Union européenne-Chine. Parmi les sujets à l’ordre du jour, un partenariat en matière d’urbanisation durable et de coopération énergétique a été évoqué. Il existe d’ores et déjà plusieurs partenariats dans ces domaines, mais c’est une véritable plateforme de dialogue politique qui semble désormais se mettre en place depuis la visite à Bruxelles du vice-premier ministre chinois, le 3 mai. Elle devra prévenir de futurs obstacles ou tensions politiques éventuelles, notamment en matière de sécurité énergétique. Mais concrètement, qu’impliquent ces dernières déclarations conjointes ?

L’énergie : un sujet de plus en plus présent dans les échanges UE-Chine

La Chine et l’Union européenne se sont « rencontrées » diplomatiquement en 1975 et ont signé leur premier accord commercial dix ans plus tard. Leur bonne entente est aujourd’hui considérée comme nécessaire par les deux parties, de par le volume croissant de leurs échanges commerciaux. En matière énergétique, les relations UE-Chine sont néanmoins avant tout bilatérales, concernant plus les Etats membres que l’Union elle-même. La Chine intensifie cependant sa coopération énergétique avec l’Union depuis les années 2000, avec notamment l’objectif de faire face aux enjeux environnementaux qui la menacent à moyen terme.

Quelques étapes clefs jalonnent ces évolutions. Les deux parties ont signé en 2005 une Déclaration Conjointe sur les changements climatiques, qui visait notamment à favoriser les transferts de technologies à faible teneur en carbone. Au cours du sommet du G8 de 2006, le président chinois Hu Jintao a appelé à une coopération entre producteurs et consommateurs d’énergie sur la base des principes d’égalité, de réciprocité et de bénéfice mutuel.  La même année, la Commission européenne, par le biais d’une communication au Parlement, attestait du rapprochement avec la Chine ainsi que du renforcement de la coopération en matière d’efficacité énergétique.

Un nouvel accord qui pose les bases d’une coopération renforcée dans différents domaines énergétiques

La dernière réunion en date marque un tournant important. Il s’agit de la première rencontre UE-Chine exclusivement consacrée aux thématiques de l’énergie et de l’urbanisation. Les deux parties se sont notamment engagées à travailler autour de quatre axes principaux :

  • une réforme du marché de l’énergie et une régulation des prix
  • la mise en place de standards permettant une intégration pérenne des énergies renouvelables aux réseaux
  • un renforcement de la coopération en matière d’efficacité énergétique
  • un accès au marché de l’électricité facilité pour les entreprises chinoises et européennes

En matière de sécurité énergétique, l’UE et la Chine reconnaissent qu’afin de se prémunir des risques potentiels de pénuries d’hydrocarbures, leur coopération dans le développement d’une production d’énergie renouvelable et propre doit se renforcer.

L’efficacité énergétique est également au cœur des préoccupations concernant l’urbanisation. Les deux parties ont affirmé leur volonté de coopérer en vue de développer des systèmes de gestion optimisée des flux énergétiques en ville (« quartiers intelligents »), des bâtiments intelligents et des moyens de transports propres.

Que peut-on espérer concrètement de ces accords ambitieux ?

Pour réaliser les changements que ces déclarations impliquent, la Chine devra nécessairement s’équiper rapidement afin de remplacer son parc de production énergétique polluant et vieillissant. L’UE cherche pour sa part à faire fructifier son avance technique en matière d’énergies renouvelables et de smart grids. Si la clause de réciprocité que contiennent les déclarations du 3 mai 2012 est respectée, l’UE ne devrait pas être perdante grâce aux potentiels investissements chinois dans le secteur énergétique européen. Investissements que les entreprises et les pays européens, endettés et ralentis par la conjoncture, ne semblent aujourd’hui pas capables de prendre seuls à leur charge.

Pour en savoir plus :

Bookmark and Share

About admin