Efficacité énergétique des bâtiments : des constructions originales qui montrent l’exemple

efficacité énergétique, LED, photovoltaïque, consommation électrique, panneaux solaireEn Europe, les bâtiments représentent près de 40% de l’énergie consommée et rejettent 36% du CO2. Au niveau mondial, ce chiffre avoisine les 35% selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE). Conscients des enjeux environnementaux, les constructeurs et les équipementiers proposent déjà de nombreuses solutions, notamment pour réduire la consommation électrique (photovoltaïque, pompe à chaleur, géothermie).  Les Etats s’engagent également sur ce sujet via des plans d’actions dédiés à l’efficacité énergétique, tels que le « CRC Energy Efficiency Scheme » au Royaume-Uni ou l’Energy Policy Act aux Etats-Unis. Mais, concrètement, à quoi ressemble un bâtiment efficace énergétiquement ? Quelles sont ses spécificités ? Tour d’horizon avec six constructions innovantes.

Au Zimbabwe, une « termitière » en guise de centre commercial

L’Eastgate Center d’Harare renferme à la fois un centre commercial et des bureaux, sans pour autant reprendre les caractéristiques traditionnelles de ce type d’infrastructure (le plus souvent du verre et du métal, une configuration dans laquelle il est difficile de maintenir une température adéquate). Il s’inspire des constructions des termites, mettant à profit les techniques mises au point naturellement par les insectes (notamment des cheminées sophistiquées, dont l’orientation et la fermeture, qui varient automatiquement, ont été soigneusement étudiées). Les matériaux utilisés permettent un refroidissement passif, en absorbant la chaleur extérieure et en la dissipant la nuit venue. L’économie d’énergie se chiffre à hauteur de 90% par rapport à un bâtiment de même taille.

Le corps humain inspire les concepteurs australiens du Council House 2

Lors de la conception du Council House 2 (CH2) à Melbourne, une vigilance particulière a été accordée aux systèmes de chauffage et d’air-conditionné. Des turbines, placées sur le toit, assurent notamment une ventilation optimisée.  Des panneaux photovoltaïques et des chauffe-eaux solaires satisfont une grande partie de la consommation électrique. En parallèle,  un innovant système de réserves d’eau absorbant la chaleur extérieure vient renforcer l’air conditionné sans surconsommation électrique en cas de pic de chaleur (des « shower towers » imitant la transpiration humaine). Enfin, l’air vicié est évacué pendant la nuit, grâce à l’ouverture automatique des fenêtres, évitant ainsi la perte de chaleur ou de fraîcheur durant les heures ouvrées.

Un bâtiment autonome en énergie à Vancouver

Un bâtiment produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme : telle est la finalité du Centre for Interactive Research on Sustainability (CIRS). Doté d’une enveloppe thermique permettant de minimiser les dépenses de chauffage, l’immeuble dispose d’un échangeur de chaleur avec l’immeuble voisin, doublé d’un système géothermique fournissant les deux édifices. La production électrique se fait grâce à des panneaux solaires situés sur le toit de l’atrium et sur les pare-soleils des fenêtres. Ces installations permettent au campus de l’Université de Colombie Britannique (UBC) d’économiser plus d’un million de kWH par an.

Quand un casino américain mise sur l’efficacité électrique

Le Rivers Casino met à profit quelques aménagements simples à mettre en œuvre et très efficaces énergétiquement, notamment grâce à l’installation de LED pour éclairer différents parkings et zones extérieures. A l’intérieur, des baies vitrées favorisent un ensoleillement naturel, à rebours de la tradition des casinos « fermés » à la lumière du jour. La nuit, des capteurs de mouvement allument la lumière seulement si nécessaire. Enfin, des murs de plantes permettent de renouveler l’air en limitant la consommation électrique de la ventilation.

Pékin opte pour la LED

A deux pas des constructions dédiées aux Jeux Olympiques de 2008, le GreenPix est le premier bâtiment à intégrer un système photovoltaïque dans un mur de verre. Il emmagasine ainsi de l’énergie durant la journée. Ce mur, incrusté de cellules photovoltaïques, permet également de laisser passer la lumière du soleil en limitant la chaleur qui l’accompagne.

Exposition lumineuse maximale pour un gratte-ciel londonien

Inauguré en 2004 dans le quartier d’affaire de la City, le 30 St Mary Axe utilise l’énergie éolienne, été comme hiver, pour sa ventilation. Sa façade en spirale, les alvéoles de sa structure et les stations météo qui gèrent les ouvertures des fenêtres lui permettent de modérer sa température. Ses étages, en forme d’étoiles à six branches, permettent par ailleurs une exposition maximale à la lumière naturelle.

Photo © aur2899

A lire aussi:

Bookmark and Share

About admin