Le Royaume-Uni adopte un « Green Deal » ambitieux malgré des incertitudes

Consommation d'énergie, Green Deal, Rénovation En octobre 2011, le Royaume-Uni a adopté une nouvelle grande loi sur l’énergie (« Energy Act 2011 »). Elle lance le compte à rebours pour la mise en œuvre du « Green Deal », initiative phare que nous avons déjà présenté sur ce site. Le Green Deal permettra aux particuliers d’emprunter des fonds pour financer des travaux de rénovation énergétique. Afin d’éviter des coûts initiaux, il crée un système où c’est l’occupant d’un logement (pas nécessairement le propriétaire) qui rembourse l’investissement dans les travaux via les factures de gaz et d‘électricité.

La Grande-Bretagne mise sur une adoption massive des mesures d’efficacité énergétique

Il s’agit d’une initiative ambitieuse, dont le but est de rénover des millions de logements pour atteindre les objectifs nationaux en matière d’émissions de carbone. Le secteur du bâtiment représente environ un quart de la consommation d’énergie totale du pays selon le Housing Energy Fact File 2011 (disponible en anglais). En outre, le Green Deal s’attaque à la précarité énergétique en débloquant des fonds supplémentaires ciblant les rénovations énergétiques des foyers à faible revenu, grâce à une obligation d’économies d’énergie sur les sociétés de distribution d’énergie.

Comme Adam Corner l’écrit dans le Guardian, l’idée du Green Deal est d’inciter fortement les gens à adopter des mesures d’économies d’énergie. L’approche est originale, même si certains observateurs craignent que le Green Deal n’encourage un soi-disant « effet rebond », selon leques citoyens consomment plus d’énergie lorsque les factures baissent. Comme le premier baromètre international Rexel nous l’apprend, les consommateurs britanniques jugent l’efficacité énergétique très importante tout en admettant le caractère énergivore de leurs habitudes.

Priorité à l’investissement technologique

Ainsi, il faudra certainement des campagnes de sensibilisation pour inverser la  culture du gaspillage chez les consommateurs, afin de bénéficier pleinement des rénovations énergétiques. Mais pour le gouvernement britannique la priorité n’est pas d’ordre comportemental. Il s’agit de lever la contrainte technique et d’améliorer considérablement la performance énergétique des bâtiments existants, afin de répondre à l’objectif d’un parc immobilier à faible teneur en carbone d’ici à 2050.

La législation secondaire[1] qui définira les détails techniques de l’application du Green Deal sera essentielle pour atteindre ces objectifs à long terme et échapper à un autre effet négatif des politiques d’efficacité énergétique : l’effet « lock-in ». Le cycle de rénovation d’un logement durant environ 30 ans, le Green Deal risquerait de financer des travaux superficiels ne permettant pas d’atteindre à long terme les objectifs d’économies d’énergie dans les bâtiments.

Inciter les marchés au financement de Green Deals

Il reste toujours un certain nombre de zones d’ombres, mais la création de la Société de Financement des Green Deals (GDFC en anglais), un consortium d’entreprises du secteur privé comprenant des grands distributeurs et des institutions financières, est un signe positif. Le GDFC compte accorder et financer des Green Deals uniquement à l’aide de capitaux privés. A terme, le consortium promet la création d’un important marché de financement des travaux d’efficacité énergétiques, offrant à la fois un bon retour sur investissement et privilégiant des actions socialement responsables : réduction de la précarité énergétique et des émissions de carbone.

L’expérience du Royaume-Uni, par son ampleur et sa sophistication, inspirera sans doute des politiques similaires ailleurs en Europe. A une époque où les gouvernements sont aux prises avec des déficits budgétaires massifs, cette initiative pourrait offrir une solution au défi du changement climatique sans dépenser d’argent public.

En savoir plus sur le Green Deal


[1] Texte réglementaire précisant les modalités d’application d’une loi, plus ou moins équivalent aux décrets d’application français.

A lire:

Bookmark and Share

About admin