Les compteurs électriques intelligents en plein essor

efficacité énergétique, compteurs électriques, consommation électrique, facture d'électricité L’usage de compteurs électriques dits « intelligents » par les particuliers semble se répandre dans le monde. Cependant, malgré ses avantages, cette technologie présente des écueils qui pourraient modérer l’engouement initial pour ce type d’équipement.

Les compteurs intelligents permettent une gestion en temps réel de la consommation d’électricité en envoyant des données directement au distributeur (en France, ERDF le plus souvent) : plus besoin d’envoyer des employés chez les clients pour relever leur compteur. De plus ils peuvent réduire la consommation aux heures de pointes et faciliter les économies d’énergies des foyers.

Au Japon, Tokyo Electric Power (TEPCO) prévoit d’installer environ 17 millions de compteurs intelligents avant mars 2019 dans un souci d’efficacité énergétique. L’opérateur de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima doit lancer un appel d’offres pour ce contrat qui va représenter au total un investissement d’environ 200 milliards de yen, soit 2 milliards d’euros.

Au Royaume-Uni, une initiative similaire est en cours. D’après une étude menée par le distributeur britannique British Gas, 64% des usagers dotés de compteurs intelligents ont amélioré leur efficacité énergétique. L’étude montre aussi que dans 80% des cas, l’installation conduit les ménages à repenser leur consommation d’électricité. British Gas a déjà équipé 400 000 domiciles et prévoit d’en installer encore un million. Tom Hargreaves, de la School of Environmental Sciences at the University of East Anglia, est un expert en la matière: « Cette étude montre que les usagers britanniques veulent des compteurs intelligents et les utilisent régulièrement pour faire des économies et changer leurs habitudes énergétiques. »

L’objectif de 100% de compteurs intelligents soulève des inquiétudes

Le gouvernement britannique s’est fixé un objectif: équiper l’ensemble des foyers et des entreprises de compteurs intelligents d’ici 2019, ce qui supposerait de remplacer environ 53 millions de compteurs de gaz et d’électricité. Cependant, ce projet suscite des inquiétudes croissantes.  Si ces compteurs permettent des économies d’énergies, rien ne garantit qu’elles soient répercutées sur les consommateurs.

Pour Margaret Hodge, députée britannique à la tête de la commission de l’administration publique, « les usagers devront supporter les coûts d’installation et de fonctionnement des compteurs intelligents, qui se répercuteront sur leur facture. A l’heure actuelle, il n’existe pas de mécanisme transparent pour garantir que les économies réalisées par le fournisseur profitent également aux consommateurs. Les antécédents du secteur de l’énergie à cet égard sont peu encourageants. Le gouvernement compte sur la concurrence pour tirer les prix à la baisse. Mais comme l’Ofgem [l’organisme gouvernemental de réglementation] l’a signalé, le secteur de l’énergie  n’est pas un marché concurrentiel aujourd’hui. »

A lire:

Bookmark and Share

About admin