Les « quartiers intelligents » : la recherche d’une optimisation énergétique en ville

voitures électriques, efficacité énergétique, réseaux intelligents, bâtiment intelligent, compteurs intelligents, quartiers intelligents, énergie solaire Dans un contexte d’augmentation des prix des ressources naturelles, les collectivités locales  repensent les villes et mettent en place des quartiers dits « intelligents ». Lancés à l’échelle d’une zone bien délimitée, ces aménagements ont vocation à s’étendre progressivement à l’ensemble du territoire. Ils font de la gestion des énergies un sujet prioritaire.

Une gestion efficace de l’énergie

La création de quartiers « intelligents » se base sur un modèle de gestion et de pilotage efficace de l’énergie. Conçu de manière évolutive, l’éco-quartier comprend la mesure des différents types de consommation d’énergie, l’installation de sources de production renouvelable (éolien ou photovoltaïque) et la mise en place de moyens de stockage. En parallèle, l’ensemble de ces fonctions sont mutualisées : il s’agit d’éviter les pics d’utilisation (qui génèrent des coupures d’électricité) et d’instaurer une consommation efficace pour chaque usages (particuliers, commerces, habitat, éclairage public…). L’organisation place le citoyen au cœur du processus en lui permettant d’atteindre une meilleure maîtrise de ses consommations par l’utilisation d’un système de Smart Grid, généralisé à l’ensemble des bâtiments et logements. Le réseau « intelligent » s’appuie sur un compteur communicant qui constitue une interface entre les réseaux publics d’électricité et ceux, privés, du bâtiment.

Dans la même optique, la collectivité s’engage à promouvoir l’usage de véhicules électriques ainsi que la gestion de leurs besoins en électricité. La réalisation des « quartiers intelligents » réunit donc plusieurs champs de compétences : du bâtiment aux télécoms en passant par les fournisseurs d’énergies et les transports.

Le premier exemple français a été lancé en mai 2011 dans le quartier d’affaires Seine-Ouest à Issy-les-Moulineaux. Baptisé « IssyGrid® » il assure les besoins énergétiques de 10 000 travailleurs et de 4 500 habitants, en minimisant leur empreinte carbone et en maîtrisant leurs factures énergétiques.

L’efficacité énergétique à travers la généralisation des « bâtiments à énergie positive »

Ces aménagements à l’échelle d’un quartier vont également modifier la conception de chaque bâtiment. Ils ne seront optimaux que grâce à des « bâtiments intelligents », c’est-à-dire, des constructions à haute efficacité énergétique intégrant une gestion raisonnée des équipements consommateurs, producteurs et de stockage d’énergie. Leur développement dépend des techniques de construction et d’isolation, mais aussi de l’émergence de Smart Grids aptes à piloter l’ensemble.

L’ambition est de réaliser des bâtiments à énergie positive, c’est à dire  capables de se suffire en termes d’énergies et d’environnement (maîtrise de la qualité de l’eau, gestion des déchets) et de gérer au mieux l’énergie utilisée et produite. L’objectif à long terme : la création de villes énergétiquement autonomes (rapprochement des sources de production et des lieux de consommation) et durables sur le plan environnemental.

A lire:

Bookmark and Share

About admin