Des idées lumineuses pour l’éclairage public !

éfficacité énergétique, consommation électrique, Eclairage public Quand les autorités publiques cherchent à mettre en place des stratégies d’efficacité énergétique pour réduire leurs dépenses d’électricité, elles oublient souvent de se pencher sur l’éclairage public. Cependant de récentes initiatives locales montrent que certaines municipalités commencent à prendre au sérieux les gains potentiels que représenterait un changement d’équipement.

Les rues sont éclairées près de la moitié du temps dans la plupart des zones construites : l’éclairage public constitue donc une problématique clef en termes de dépense énergétique !

Chantier titanesque à San Diego

La ville de San Diego se montre ambitieuse avec son énorme chantier d’amélioration de l’éclairage public. Au cours des 17 prochains mois, la municipalité est censée remplacer ses lampes à sodium par des modèles à induction moins énergivores. 35 000 lampadaires sont concernés, soit 80% de l’éclairage urbain.

La mairie estime que ce projet va lui faire économiser 2,2 millions de dollars par an. Pour le maire, Jerry Sanders, « San Diego a tout à y gagner, que ce soit pour ses finances, son environnement ou sa sécurité publique. » L’entreprise chargée de l’installation, dont le montant s’élève à 16 millions de dollars, s’est par ailleurs engagée à recycler l’intégralité des 610 tonnes de rebuts que le projet va engendrer.

Au Canada, la commune de Welland, dans l’Etat de l’Ontario, doit remplacer 4 300 ampoules de lampadaires et 2 410 supports par des LED (light-emitting diodes). Rien qu’au cours de la première année, ce changement d’équipement doit faire économiser à la ville 220 000 dollars canadiens en électricité et 160 000 en coûts d’entretien. Le projet, d’une durée de vie de 15 ans, devra représenter au total 2,38 millions de dollars d’économies.

Calgary, la pionnière

Le chantier de San Diego et l’initiative plus réduite de Welland suivent les traces du projet révolutionnaire d’éclairage public de Calgary, initié il y a presque dix ans.

Calgary est la première ville d’Amérique du Nord à se lancer dans un programme ambitieux de rénovation de l’éclairage public en zones résidentielles. Dès 2002, elle a commencé à remplacer les vieux lampadaires énergivores par des installations à lentilles plates moins gourmandes en watts. Depuis, Calgary a rénové plus de 37 500 postes d’éclairage, ce qui a permis des économies de 107 Gwh une réduction des émissions de dioxyde de carbone de 124 000 tonnes et des économies d’électricité de près de 11 millions de dollars canadiens. Avant ces installations, l’intensité lumineuse de la ville était l’une des plus élevée en Amérique du Nord.

Un éclairage public intelligent

En Europe, c’est à Oslo (capitale de la Norvège), que l’on s’apprête à passer à un mode d’éclairage plus intelligent. Un nouveau projet dévoilé la semaine dernière prévoit de contrôler les lampadaires à distance, ce qui permettra un tamisage ciblé, une mise en marche et une extinction automatiques ainsi que l’identification des pannes.

A la fin des travaux, prévue fin 2012, les 65 000 lampadaires de la ville seront contrôlés par un système basé sur le réseau Echelon, qui prévoit en outre la création de 750 unités de contrôle de l’éclairage public tout autour d’Oslo.

Les problèmes de coût

Si la rénovation de l’éclairage public diminue les coûts à long terme, il peut être difficile de rassembler le capital initial. Par exemple, à Ludhiana, en Inde, la municipalité souhaitait d’abord réduire la consommation électrique de l’éclairage en installant un système de contrôle du voltage ; mais la ville a finalement renoncé à ce système pour s’équiper de LED.

A lire aussi:

Bookmark and Share

About admin