L’efficacité énergétique pour les consommateurs : conscience des enjeux mais connaissance imparfaite des mesures

Les consommateurs sont-ils préoccupés par la question de l’efficacité énergétique ? Connaissent-ils les mesures d’efficacité énergétique qu’ils peuvent prendre, ou les produits et dispositifs sur lesquels ils peuvent investir ? Le premier baromètre international Rexel de l’efficacité énergétique permet de répondre par l’affirmative à la première question : les Français, les Britanniques, les Allemands et les Américains accordent tous de l’importance à l’efficacité énergétique et sont attentifs à leur consommation d’énergie. Cependant, si les mesures mises en place dans chaque pays pour promouvoir les économies d’énergie sont le plus souvent connues des ménages, cette connaissance est hétérogène et parfois assez superficielle.

Une conscience élevée de l’importance de l’efficacité énergétique

Les Européens (Français, Britanniques et Allemands) et les Américains accordent tous, dans leur grande majorité, un intérêt important au sujet de l’efficacité énergétique. Selon les pays, entre 86 % et 95 % des répondants jugent en effet ce sujet « important », dont près de deux tiers « très important », exception faite de la France, où ils sont un peu moins de la moitié à considérer ainsi le sujet. Par ailleurs, en ce qui concerne la pratique, une très forte majorité – près de 9 répondants sur 10 – déclare faire « attention » à sa consommation énergétique. Les Anglo-saxons sont en outre, de loin, plus nombreux à estimer faire « très attention » (plus d’un tiers des répondants en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, contre un quart en France et en Allemagne).

Des motivations diverses et variées, avec en tête, des dépenses réduites

Baromètre Rexel efficacité énergétique

Plusieurs raisons motivent l’intérêt porté par les consommateurs à l’efficacité énergétique : la volonté de réduire les dépenses en premier lieu (93 % à 97 % des sondés), la protection de l’environnement ensuite (entre 91 % et 94 %), la possibilité d’utiliser les énergies renouvelables (entre 90 % et 93 %) le sentiment de responsabilité vis-à-vis des générations futures (entre 89 % et 94 %) et la garantie de la sécurité énergétique (86 % en France, 91 ou 92 % pour les autres pays). Pour plus de 4 citoyens sur 5, sont également perçues comme de « bonnes raisons » : les créations d’emplois et les progrès technologiques engendrés par l’efficacité énergétique, tout particulièrement pour les Allemands.

Un sentiment de responsabilité

Plus de 9 consommateurs sur 10 se considèrent eux-mêmes comme les principaux promoteurs de l’efficacité énergétique (pour 91 % des Français et jusqu’à 93 % des Allemands, des Britanniques et des Américains), devant les producteurs et distributeurs d’énergie (88 % des Français, 93 % des Britanniques), les fabricants de matériels électriques et autres entreprises de la filière énergétique (entre 88 et 93 % toutes nationalités confondues), l’Etat et les collectivités locales. L’étude révèle sur ce point des divergences : ainsi, si le rôle de l’Etat est jugé très majoritairement important en France, au Royaume-Uni et en Allemagne, il est moins mis en avant aux Etats-Unis. Alors que tous les pays se retrouvent dans le rôle important joué en bout de chaîne par les consommateurs, certains insistent davantage sur l’importance des pouvoirs publics (les pays européens continentaux) tandis que d’autres soulignent davantage les responsabilités des acteurs du privé et des lieux de vente (pays anglo-saxons notamment).

Des mesures en faveur de l’efficacité énergétique encore méconnues

La connaissance que les consommateurs ont des mesures en vigueur en faveur de l’efficacité énergétique dans leurs pays respectifs est hétérogène et souvent superficielle. Si les trois mesures testées en France sont globalement connues, notamment l’interdiction des lampes à incandescence pour 88 % des répondants, 28 % des sondés ne connaissent pas la nouvelle norme de construction BBC et 21 % disent ne pas avoir entendu parler de l’éco Prêt à Taux Zéro. En Allemagne, plus de 50 % des répondants ne connaissent pas l’action des banques et des assurances en faveur de l’efficacité énergétique et 68 % des Britanniques n’ont jamais entendu parler du prix préférentiel garanti pour le photovoltaïque. Les Américains, néanmoins, semblent disposer d’une connaissance plus ample des trois mesures en vigueur dans leur pays (appareils et rabais sur les prix proposés par Energy Star, incitations fiscales du gouvernement, interdiction prochaine des lampes à incandescence).

Bookmark and Share

About admin