Economies d’énergie : les pratiques des consommateurs diffèrent entre les pays

Les citoyens et consommateurs sont-ils impliqués de la même façon sur le sujet de l’efficacité énergétique en fonction des pays ? Selon le premier baromètre international Rexel de l’efficacité énergétique, des contrastes forts apparaissent dans la mise en pratique de gestes au quotidien pour favoriser les économies d’énergie. Les Allemands semblent déjà très enclins à réaliser des petits gestes au quotidien, alors que les Américains déclarent moins fréquemment le faire. L’investissement privilégié par les répondants est principalement l’achat d’équipements à faible consommation d’énergie. A cet égard, les Anglo-saxons déclarent davantage envisager des investissements au sein de leur logement pour améliorer leur efficacité énergétique.

Des pratiques qui diffèrent selon les pays, les Allemands champions des petits gestes au quotidien

Les gestes réalisés par les ménages pour favoriser les économies d’énergie dans leur vie quotidienne diffèrent selon les pays. Ainsi constate-t-on que, globalement, les Américains semblent moins enclins à réaliser ces gestes que les Allemands. Ces derniers sont en effet beaucoup plus nombreux à déclarer mettre en pratique des gestes simples. Ainsi les Américains sont seulement 38 % à éteindre plaques et four quelques minutes avant la fin de la cuisson contre 71 % des Allemands. De même, un peu moins de 2 Américains sur 3 disent couvrir l’eau de cuisson pour la faire bouillir plus vite, contre plus de 4 Allemands sur 5. Les Allemands sont aussi les plus nombreux, avec les Français, à affirmer remplir au maximum leur machine à laver avant de la lancer (79 % en Allemagne et 78 % en France), loin devant les Américains (52 % seulement aux Etats-Unis). Les répondants en Allemagne devancent aussi les autres pays en ce qui concerne l’utilisation des multiprises avec interrupteur (77 % en Allemagne pour 72 % en France et 64 % aux Etats-Unis, et seulement 31% au Royaume-Uni) et l’extinction des appareils plutôt qu’une mise en veille (70 % en Allemagne et au Royaume-Uni, 66 % en France et seulement 56 % aux Etats-Unis). Le niveau du chauffage fait en revanche figure d’exception : ce sont ici les Américains qui sont plus nombreux à dire baisser d’un degré le chauffage de leur lieu de vie (71 %) que les Français (61 %) ou les Allemands (66 %).

En se penchant sur la France, on constate que les ménages sont quant à eux concrètement engagés en faveur de l’efficacité électrique à travers les pratiques suivantes : l’achat d’ampoules « basse consommation » et le fait de remplir au maximum la machine à laver avant de la lancer pour 4 Français sur 5, l’utilisation de multiprises avec interrupteur pour 72 % d’entre eux.

C’est d’ailleurs au Royaume-Uni que les ménages utilisent le moins les multiprises avec interrupteur (31 % des répondants Britanniques contre 77 % en Allemagne ou 72 % en France). La pratique la moins répandue toutes nationalités confondues concerne le dégivrage du congélateur et du réfrigérateur (33 % des Américains et jusqu’à 62 % des Allemands).

Les investissements privilégiés pour améliorer l’efficacité énergétique

Parmi les investissements privilégiés, l’installation de double-vitrages et l’achat d’appareils électroménagers à faible consommation d’énergie sont les plus répandus.

Des installations comme les systèmes de ventilation éco-performants, les systèmes de chauffages éco-performants et la mise en place de capteurs pour éteindre les lumières en cas d’absence recueillent moins d’intérêt auprès des répondants. Ainsi 83 % des Français et 71 % des Allemands déclarent-ils avoir déjà installé ou être prêts à le faire des double-vitrages, et avoir acheté ou être prêts à le faire des appareils électroménagers à faible consommation d’énergie (83 % des Français et 93 % des Allemands).

En revanche, seuls 40 % des Français et 51% des Allemands disent avoir déjà installé ou être prêts à le faire un système de mesure et de pilotage des appareils de la maison contre 72 % des Britanniques et 60% des Américains. De même, seulement 58 % des Français et 44 % des Allemands ont mis en place ou sont prêts à le faire un système d’alerte en cas de consommation inhabituelle, contre 78 % des Britanniques et 68 % des Américains.

Dans l’ensemble, les Anglo-saxons semblent donc plus enclins à envisager des investissements futurs dans leur habitation.

Bookmark and Share

About admin