Premier baromètre international Rexel – Que pensent les citoyens-consommateurs de l’efficacité énergétique ?

L’efficacité énergétique vise à réduire les consommations d’énergie sans dégrader le service rendu et par conséquent à diminuer les coûts économiques, écologiques et sociaux. Cet enjeu, qui a gagné en importance dans les dernières années, reste soumis à une évolution des comportements des citoyens et consommateurs. Comment perçoivent-ils le sujet ?

Le consensus est partagé, parmi les experts et dirigeants politiques, de l’importance de ces méthodes pour l’évolution des modèles énergétiques des différents pays. De nombreux événements récents ont accru l’importance de l’efficacité énergétique. Des technologies clés dans les « mix » énergétiques de certains pays ont été mises en question.  L’accident de Fukushima a conduit certains pays, dont l’Allemagne, à réévaluer leur position à l’égard du nucléaire. A partir de mai 2011, l’Allemagne a conjointement confirmé sa sortie de l’énergie nucléaire et annoncé un objectif de réduction de 10% de la consommation d’électricité des Allemands d’ici à 2020, notamment grâce à des appareils ménagers plus économes. Par ailleurs, le secteur de l’énergie a été confronté à une série de ruptures majeures conduisant à un accroissement des prix de l’énergie, comme les débats relatifs aux gaz de schistes ou la catastrophe de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon de la compagnie pétrolière britannique BP dans le golfe du Mexique. L’efficacité énergétique émerge aujourd’hui comme l’une des solutions disponibles rapidement pour faire face à la hausse des prix de l’électricité à court et moyen terme. Enfin, la précarité énergétique d’une partie de la population, y compris dans les pays de l’OCDE comme la France ou le Royaume-Uni, pose la question de la réduction de la consommation d’énergie à confort égal.

Baromètre international Rexel de l’efficacité énergétique

Malgré leur nécessité reconnue par l’essentiel des experts et dirigeants politiques, les méthodes d’efficacité énergétique sont mises en place de façon très lente. Selon la Commission européenne en mars 2011, compte tenu des tendances actuelles, il ne serait possible que d’atteindre de moitié son objectif de 20% d’amélioration de l’efficacité énergétique d’ici à 2020. L’Union européenne a donc accru ses efforts, et une directive est actuellement en cours de discussion. Annoncée dans le cadre du Plan d’Action pour l’Efficacité Energétique (PAEE) adopté le 8 mars 2011 par l’exécutif européen, cette Directive a vocation à transformer les mesures annoncées par le PAEE en mesures législatives afin de permettre à l’Union européenne d’atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé en matière d’efficacité énergétique, à savoir une amélioration de 20% à l’horizon 2020.

Dans un discours récent relatif à la sécurité énergétique des Etats-Unis, Barack Obama a également abordé la nécessité de limiter le gaspillage d’énergie dans le secteur du bâtiment, qui représente 40% de l’énergie consommée sur le territoire américain, et plusieurs milliards de dollars annuels de facture énergétique. Les Etats-Unis ont lancé l’initiative « Better buildings », qui vise à renforcer l’efficacité énergétique des bâtiments à usage commercial de 20% d’ici 2020 et complète les actions déjà mises en œuvre pour le secteur résidentiel et les bâtiments publics dans le cadre du American Recovery and Reinvestment Act (ARRA) de 2009.

Cependant, les solutions mises en avant, fondées sur les impôts (taxe carbone) et les incitations financières visent essentiellement à inciter les citoyens et consommateurs à modifier leurs comportements et à engager des investissements. Comment les citoyens français, anglais, allemands et américains perçoivent-ils donc l’efficacité énergétique ? Comment économisent-ils l’énergie au sein de leurs foyers ? Quels efforts sont-ils prêts à faire pour changer leurs comportements ?

Pour répondre à ces questions clés, Rexel a mandaté l’institut Harris Interactive pour interroger un échantillon représentatif de la population en France, en Allemagne, aux Etats Unis et au Royaume Uni*.

Les résultats de ce 1er baromètre démontrent que l’efficacité énergétique est un sujet très majoritairement jugé important et impliquant. Les consommateurs se considèrent comme promoteurs et premiers acteurs de l’efficacité électrique. Ils adoptent déjà de nombreux gestes concrets et privilégient les équipements à faible consommation d’énergie. La problématique de l’efficacité énergétique apparaît comme indissociable des considérations financières. Les consommateurs envisagent en effet des investissements pour réduire le coût de leurs dépenses électriques à condition qu’ils puissent en mesurer les effets.

* Enquête réalisée en ligne du 9 au 19 juillet 2011. Échantillon de 4000 personnes représentatives de la population de 4 pays : 1000 personnes en France, 1000 personnes au Royaume-Uni, 1000 personnes en Allemagne et 1000 personnes aux Etats-Unis, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge et statut d’activité de l’interviewé(e).


Pour aller plus loin sur ce site, consultez les résultats du premier baromètre international Rexel de l’efficacité énergétique :

Bookmark and Share

About admin