Barack Obama met en avant l’ingéniosité des Etats-Unis pour une sécurité énergétique accrue

Dans un discours prononcé à l’université de Georgetown à Washington, Barack Obama a déclaré le 30 mars 2011 que « l’ingéniosité et le savoir-faire américains  peuvent mener la nation vers un avenir où la sécurité de l’énergie ne serait pas compromise par le tumulte au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et ailleurs ». Le président américain a ainsi annoncé les axes de la politique énergique américaine des prochaines années.

Etats-Unis United states sécurité énergétiqueBarack Obama avait fait de la sécurité énergétique l’un de ses thèmes de campagne de 2008. Mais, dans un contexte de crise économique, la montée du chômage et la baisse du prix du pétrole avaient en partie changé l’ordre des priorités. Après la marée noire de Deepwater Horizon et l’accident de Fukushima, le discours de Georgetown a marqué le retour au premier plan d’un thème de campagne déjà ancien.

Barack Obama a rappelé que les États-Unis possèdent seulement 2% des réserves de pétrole mondiales, mais en consomment 25%. Pour réduire cet écart difficilement soutenable, il a évoqué une politique d’accroissement des stocks d’énergies primaires et de diversification des sources d’énergie : augmentation des réserves de pétrole ; développement du nucléaire, du forage en eau profonde et des gaz de schiste, en prenant des précautions accrues ; investissement dans les biocarburants évolués (copeaux de bois, biomasse). Mais l’efficacité énergétique a pris toute sa place dans le discours de Barack Obama.

Vers des modes de transport plus efficaces

Les transports représentent 70% de la consommation de pétrole et constituent le deuxième poste budgétaire des ménages américains. Le Président attend des résultats favorables de la norme nationale d’efficacité énergétique instaurée en 2010, qui vise à produire des voitures moins consommatrices en essence.

Par ailleurs, à partir de 2015, les agences fédérales devront obligatoirement équiper leur parc automobile de modèles électriques, hybrides ou à carburant alternatif. Les particuliers bénéficieront quant à eux d’incitations. Alors que la production de voitures électriques aux États-Unis reste limitée par le manque de batteries, Barack Obama déclare que «bientôt, l’Amérique accueillera 40% de la capacité de fabrication mondiale pour ces batteries ». En parallèle, le Président souhaite accroître les efforts financiers pour la mise en place de réseaux de transports en commun urbains et de lignes à grande vitesse entre les villes.

Rechercher l’efficacité énergétique dans le bâtiment

Barack Obama a également abordé la nécessité de limiter le gaspillage d’énergie dans le secteur du bâtiment, qui représente 40% de l’énergie consommée sur le territoire américain, et plusieurs milliards de dollars annuels de facture énergétique. Or, a-t-il souligné, « le point fort de l’efficacité énergétique est que nous disposons déjà des technologies. Nous n’avons pas besoin de créer quelque chose de nouveau. » Il a ainsi annoncé des programmes incitatifs visant à généraliser  l’utilisation des matériaux de construction à haute efficacité énergétique (nouveaux éclairages, nouvelles fenêtres, nouveaux systèmes de chauffage et de refroidissement). « Ces investissements feront économiser aux consommateurs et aux entrepreneurs des dizaines de milliards de dollars par an, dégageront de l’argent pour l’investissement et l’embauche, et créeront des emplois pour les travailleurs et les sous-traitants. » Les propriétaires de logements seront financièrement incités à réaliser les investissements qui leur permettront par la suite d’économiser de l’argent sur les factures d’électricité.

Doubler l’utilisation des énergies renouvelables

Alors que les deux cinquièmes de l’électricité américaine viennent déjà de sources propres ou renouvelables (solaire, éolien, gaz naturel), Barack Obama a rappelé son objectif de doubler cette part, pour atteindre environ 80% en 2035. Il a souligné que les Etats-Unis ont connu un relatif déclassement dans ce domaine. En 1980, 80% de l’énergie éolienne et 90% de l’énergie solaire étaient produits aux Etats-Unis. Aujourd’hui, la Chine est le plus gros producteur dans l’éolien et l’Allemagne dans le solaire.

Barack Obama appelle donc à un effort de long terme : « c’est une tâche qui ne sera pas terminée d’ici la fin de ma présidence, ni même la suivante. Mais si nous poursuivons le travail que nous avons déjà commencé ces deux dernières années, nous ne nous contenterons pas de créer de nouveaux emplois, industries et innovations ; nous laisserons à votre génération et aux générations futures un pays plus sûr, plus sain et plus prospère. »

Bookmark and Share

About admin