L’Europe vers les Smart Grids : les compteurs intelligents

Après la Suède et l’Italie, la France s’apprête recourir à grande échelle à la technologie des « compteurs intelligents » : l’ensemble des foyers français devraient en être équipés en 2020. Une évolution appelée à se poursuivre à l’échelle européenne.

Le « compteur intelligent » (ou « communiquant ») est un boîtier électronique se substituant au compteur traditionnel sur le tableau électrique d’un bâtiment. Sa particularité réside dans sa connexion directe, notamment via internet, avec le gestionnaire du réseau. Cette nouvelle génération de compteurs offre ainsi au gestionnaire et distributeur d’électricité la possibilité de collecter immédiatement de nombreuses informations sur l’état de la consommation électrique, à chaque instant. Ces informations doivent permettre aux producteurs et distributeurs d’électricité de gérer de manière très fine à court, moyen, ou long terme la puissance appelée par les consommateurs. Par exemple, les pics de consommation peuvent être appréhendés et traités en temps réel : selon le distributeur d’électricité français ERDF, les compteurs intelligents devraient ainsi permettre d’économiser de 5 à 15% d’électricité par an. De plus, le compteur permet de piloter le réseau en recevant des instructions à distance, sans intervention ni déplacement des agents : ouverture ou clôture d’abonnement, limitation de puissance, prépaiement…

L’Italie et la Suède : précurseurs des « compteurs intelligents »

A ce jour, seuls deux pays membres de l’Union européenne ont entrepris d’équiper l’ensemble de leurs abonnés en compteurs intelligents : l’Italie et la Suède. L’Italie devrait finir d’équiper ses 36 millions de consommateurs courant 2011. D’ores et déjà, la compagnie Enel a annoncé des bénéfices en termes de réduction des interruptions de service (de 128 à 49 minutes par an) et une baisse des pics de consommation de 5%. On estime également que les pertes dues aux différentes formes de fraude seront à terme limitées. En Suède, le parc installé est déjà de plus de 900 000 compteurs communicants. En effet, en raison de l’une plus faibles densités de population au monde et d’une superficie de 449 964 km², le pays est l’un des pionniers en la matière. Les compteurs peuvent ainsi être relevés à distance conformément à l’obligation légale du relevé mensuel en vigueur dans le pays depuis le 1er juillet 2009, et qui semblait impossible à respecter sans cet appui technologique.

En France : il faudra attendre 2020

En France, le compteur Linky doit remplacer en 2020 les anciens compteurs EDF sur l’ensemble du territoire. Linky peut communiquer des données à distance, en les transférant directement au centre de supervision d’ERDF. Il peut également exécuter des commandes à distance, ne nécessitant plus le déplacement d’un technicien. Pour le distributeur d’électricité, les possibilités offertes sont nombreuses : connaître précisément la structure de la consommation à chaque instant, économiser les coûts de déplacement… De plus, en permettant au consommateur de suivre sa consommation de façon précise, le compteur intelligent est censé favoriser de meilleures pratiques individuelles, avec un effacement « naturel » lié à des tarifs différenciés (je choisis par exemple de ne pas lancer ma machine à laver pendant l’heure de pointe, plus chère) ou plus durablement, à l’adoption de comportements plus sobres (isolation, ampoules basse consommation…). L’expérience test, menée en Indre-et-Loire et à Lyon notamment, a été jugée concluante. Le compteur intelligent sera donc généralisé à l’ensemble du territoire, soit 35 millions de compteurs installés d’ici 2020, et les bâtiments neufs seront systématiquement équipés dès 2012.

L’Europe à l’action

In fine, l’objectif est bien sûr de gérer plus finement l’offre et la demande d’électricité et d’améliorer l’efficacité du réseau au niveau européen. D’ailleurs, dès 2009, le Parlement et le Conseil publiaient une directive encourageant l’usage de compteurs intelligents, espérant voir 80% de la population européenne équipée en 2020. Depuis le début de l’année 2011, la Commission et le Parlement ont également multiplié les signes d’encouragement à l’usage des compteurs intelligents. A ce titre, l’UE promeut l’usage de compteurs dans le cadre de sa politique énergétique et de son agenda pour 2020 : la Commission a ainsi lancé une initiative encourageant les investissements dans ce secteur, et le Parlement européen travaille de son côté à la rédaction d’un rapport d’initiative. Il sera soumis au vote l’été prochain.

Bookmark and Share

About admin